Nous allons évoquer le système de mise basée sur le critère de Kelly (ou le plus souvent appelé Kelly Criterion en anglais).

Ce fameux critère de Kelly, très utilisé par certains parieurs pros, a été développé en 1956 par le scientifique John Kelly. Utilisé dans la finance également, ce critère va permettre à un parieur d’optimiser ses mises afin de maximiser le taux de croissance de sa bankroll à long terme.

Afin de réussir à  calculer la mise optimale en utilisant le critère de Kelly, vous devez vous appuyer sur 2 éléments :

  • La cote de l’événement,
  • Votre estimation de la probabilité que l’événement survienne.

C’est ici que se situe la principale difficulté pour utiliser efficacement ce critère de Kelly, puisque vous devez être capable d’estimer correctement la probabilité d’un événement.

Afin de réaliser cette estimation, vous devez bien entendu avoir une méthode cohérente et fonctionnelle d’analyse d’une rencontre sportive. Pour comprendre mieux ce qu’est l’analyse d’une rencontre, reportez-vous par exemple à cet article « Comment analyser un match de tennis ? »

 

Formule du critère de Kelly

Mise en % de la bankroll = (cote x estimation – 1) / (cote – 1)

Exemple concret de l’utilisation du critère de Kelly

Nous allons prendre l’exemple du Trophée des Champions, le match PSG – Monaco qui se déroulera le samedi 4 août 2018.

Voici les cotes proposées par Unibet : 1.68 / 3.90 / 3.90

Le bookmaker estime donc la probabilité du match nul à (1 / 3.90) x 100 = 25,64%
Ce calcul théorique ne prend pas en compte la marge du bookmaker, la probabilité de victoire ci-dessus est donc sous-évaluée.

Si après analyse, vous pensez que la probabilité d’un match nul à la fin du temps réglementaire est supérieure à 25,64%, par exemple 30%, vous êtes dans une situation qui correspond à un valuebet. Autrement dit, si votre analyse est juste et que vous ne pariez que lorsque vous êtes dans cette situation, vous devez prendre l’avantage sur le bookmaker sur le long terme.

Appliquons la formule à cet exemple : 

Mise en % de la bankroll = (3.90 x 30% – 1) / (3.90 – 1) = 5,86%

Le critère de Kelly appliqué à notre exemple nous invite donc à mettre en jeu 5,86% de notre bankroll sur ce pari.

Avantages et inconvénients du critère de Kelly

Comme nous l’avons déjà mentionné, l’un des principaux avantages de la stratégie de paris basée sur le critère de Kelly est que vous perdrez moins d’argent en cas de série prolongée d’échecs, car la bankroll diminuera avec chaque pari perdu et le pourcentage misé également.

Bien entendu, l’objectif n’est pas de limiter les pertes mais de gagner plus. Le critère de Kelly pourra y contribuer à une seule condition : que vos analyses soient pertinentes et que le degré de fiabilité que vous estimez soit juste, autrement dit que vous soyez capable sur certains événements de calculer la cote avec plus de précision que le bookmaker.

Dans ce cas, fixez-vous tout de même et comme toujours une limite maximale dans vos paris, par exemple 5% de la bankroll.

Voilà pourquoi les experts recommandent aux débutants de commencer avec des stratégies de pari plus simples, surtout si leurs connaissances dans le sport sont insuffisantes.

Si vous voulez commencer à jouer avec des degrés de fiabilité, vous pouvez déjà utiliser 3 ou 5 paliers de mise. Une fois cette première approche validée (avec un excellent taux de réussite sur vos grosses fiabilités), vous pourrez dans un second temps envisager de mettre à profit le critère de Kelly.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here